Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les explications > Explications religieuses et traditionnelles >  

  

Transe et possession, cultes africains
 
 

Le troisième type d’interprétation repose en effet sur la transe. En Occident, on parle d’" état altéré de conscience ", ou encore d’état hypnotique. Cette transe peut s’accompagner d’une modification physique du sujet, parfois considérable. On parle alors souvent de " possession " si elle est subie, ou d’" incorporation ", si elle est délibérée. L’Esprit (ou la Divinité) ne se manifeste pas comme extérieur au sujet, mais au travers du sujet qui peut acquérir des facultés nouvelles, psychiques (médiumnité) ou physiques (manger des braises…).

Ce sont probablement les cultes outre-Atlantique d’origine africaine qui ont été les plus explorés de l’intérieur, le Vaudou haïtien, le Candomblé afro-brésilien, etc. Ce sont des religions où les choses sont données à " voir ", la réflexion abstraite y a peu ou pas de place. Ces transes ne sauraient être mimées :

  • Lors de l’initiation, par exemple, pour vérifier si la transe est véritable, on passe une bougie sur les bras nus du médium. S’il apparaît la moindre brûlure, on conclut à la simulation (Bramly, p. 61).
  • Le rôle du médium est d’offrir volontairement son corps au Dieu par la transe. Lors de l’incorporation, le sujet présente des capacités sans commune mesure avec ce qu’il peut faire habituellement, ou même ce qu’un humain peut faire : une jeune femme peut ainsi boire quatre litres d’eau de vie en un temps très court. C’est l’incorporation par Exù, qui cherche toujours à s’enivrer. A noter que dès la fin de la cérémonie, elle n’est plus saoule " Elle-même n’a rien bu. C’était son Dieu. "

    On peut donner de tout cela une interprétation psychologique. Chaque sujet, présentant un fonctionnement mental particulier, est susceptible d’entrer en transe sur un mode identifiable comme l’incorporation par un Dieu.

    En Occident, on ne pratique guère l’incorporation, mais l’allégation de possession est fréquente. Les manifestations en sont parfois bruyantes, justifiant un exorcisme. La plupart des allégations de possessions ne comportent, fort heureusement, pas de telles manifestations. Cependant, l’Eglise catholique a été conduite, ces dernières années, à porter une attention toute particulière à la fonction d’exorciste, longtemps tombée en désuétude.

    En résumé, l’idée de possession par une Entité rend compte de manifestations parfois bruyantes, même en Occident. Les cultes d’origine africaine (ou équivalents) sont centrés sur l’incorporation volontaire. Ils ont acquis un contrôle efficace sur ces manifestations qui semblent dépasser les interprétations psychologiques.

    Revenir en haut
    Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

     

    Mise-à-jour le 31/04/2005