Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les explications > Explications scientifiques >  

  

Le temps et l’espace
 
 

L' "homme de la rue" vit un temps irréversible, allant d'une manière permanente et continue du passé vers le futur. Le présent constituant un point ("moment sans épaisseur") se déplaçant sur cette ligne. Or, la physique ne vérifie pas vraiment cette conception.

La physique " classique ", celle de Newton, énonce un temps réversible. Tout phénomène peut être décrit dans un sens ou dans un autre sans que les lois changent : un pendule en haut de sa course repart en sens inverse, et cela indéfiniment si on fait abstraction des frottements. Il y a une stricte équivalence entre énergie potentielle et énergie dynamique : on peut passer de l’une à l’autre et réciproquement.

Le temps " irréversible " n’est apparu qu’avec le Second principe de la thermodynamique de Carnot (en 1824). Le temps réversible de la dynamique newtonienne correspond à une situation exagérément simplifiée (Prigogine, 1996, p. 43).

La réversibilité disparaît dès que les situations se complexifient, ce qu’avait déjà énoncé Poincaré au début du siècle. Du Second principe est issue la notion d’entropie (ou " désordre d’un système "). On sait que celle-ci croît constamment dans un système isolé. L’idée d’un monde évoluant obligatoirement vers un " désordre " a longtemps constitué un paradoxe. Or Prigogine, en particulier, souligne le caractère universel de l’entropie.

Certains, comme Eddington (cité par Prigogine, op. cit., p. 27) avaient déjà entrevu cette possibilité, et avaient posé qu’entropie et temps n’étaient que les deux faces d’un même processus. En termes moins théoriques, cela soulignerait que le temps serait un caractère intrinsèque de la matière et qu’il n’aurait pas d’existence propre (cf. Cohen-Tannoudji, 1990, p. 110) : pas de matière, pas de temps ! La discussion est un peu plus complexe à propos de l’espace, mais on arriverait à des conclusions du même ordre. On ne peut oublier qu’Einstein avait relié étroitement le temps à l’espace (Relativité restreinte), et ceux-ci à la matière (Relativité générale).

Revenir en haut
Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

 

Mise-à-jour le 31/04/2005