Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les facultés paranormales >  

  

Le spiritisme
 
 

Le " spiritisme " consiste à " appeler les esprits ". La méthode est simple, un groupe se rassemble sous la direction d’un leader et, dans une lumière ténue, se tiennent par la main, en cercle. Amenant leur pensée doucement sur un plan méditatif, ils se laissent guider par le leader. Un " esprit " alors se manifeste, soit par des bruits (raps), soit par des mouvements, d’un verre (oui-ja) ou de la table autour de laquelle le groupe est rassemblé.

Posant des questions à l’" esprit ", celui-ci " répond ", d’une manière souvent étonnante.

Une expérience, classique, met cependant en doute cette version. William Roll ( ? ?) et des collègues ont ainsi, un jour, décidé de créer de toutes pièces un " esprit " dénommé " Philip ", dont ils énoncèrent les caractéristiques, date de naissance et de décès, etc. Interrogé, le dit esprit ajouta nombre de détails à " sa vie ", que personne n’avait, apparemment, n’avait imaginé.

D’autres expériences mettent également en doute l’interprétation spirite. En effet, si l’esprit est capable de révéler des faits appartenant à la vie des sujets présents, ou même d’effectuer des voyances (futur, passé, faits lointains et inconnus), il reste souvent muet sur des choses qui seraient banales, car portant sur sa propre vie. On peut donc alléguer que ledit esprit ne serait qu’une forme d’" extériorisation de conscience ", mettant en lumière les facultés de l’un ou l’autre des participants, et éventuellement méconnue de lui.

Ainsi les phénomènes, souvent relatés, de psychokinèse (une lourde table lévitant et allant frapper violemment contre un mur) ne seraient liés qu’à l’amplification par une sorte de mise en résonance, à l’unisson, par le groupe, des facultés de chacun, par contagion affective.

Une telle interprétation confirme la nature parano rmale du processus, mais n’implique pas l’intervention de l’Au-Delà.


Revenir en haut
Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

 

Mise-à-jour le 31/04/2005