Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les facultés paranormales > Les perceptions extra-sensorielles (ESP) > Les visions, les appartitions, les fantômes >  

  

Rêve, visions et cauche-mar
 
 

Le rêve habituel n'est, habituellement, jamais confirmé par la réalité. Il reste que certains rêves apparaissent d'emblée différent, par leur tonalité, leur contenu, leur message. Voici une expérience personnelle :

  • Une nuit, alors que j’étais reçu à l’étranger, je fais un rêve. Celui-ci me surprend d’emblée par sa tonalité particulièrement brillante. Ma grand-mère (décédée plusieurs années auparavant) est là, assise sur un canapé, immobile, comme une apparition. Je me fais la réflexion, au sein même du rêve : " Claude Lecouteux dit que l’apparition d’un mort annonce généralement un décès. " Je crie alors à ma grand-mère : " Dis-moi qui tu viens chercher. " Celle-ci reste immobile. Je me dis alors : " Lempérière écrit que le sujet n’est jamais dans un état de conscience normale quand il a une hallucination visuelle, or il s’agit d’une hallucination, et je suis dans un état normal. " Puis je me reprends, et constate : " Non, je ne suis pas dans un état de conscience normale, puisque j’ai une énorme pression sur les oreilles. " Je me dis alors : " Par la pensée, je vais repousser cette pression. " J’y parviens et constate que l’apparition s’est effacée. Je me réveille alors. Je suis assez frappé, mais pas vraiment inquiet. Habitué aux prémonitions, je me fais la réflexion que si mort il y a, elle ne devrait pas frapper un membre de ma famille. Je me rendors. A neuf heures, je retrouve l’ami qui m’avais invité. Il me dit aussitôt : " Tu sais ce qui est arrivé cette nuit ? Le mari de ta gardienne est mort, brutalement, à quatre heures du matin ! " Cette femme avait été absolument charmante avec moi, elle habitait au rez-de-chaussée.
  • Cet exemple, malgré ses paradoxes, appartient aux " songes ", aux apparitions en rêve. Comme le dit Claude Lecouteux (1986, p. 86, et 1995a, p. 89), les peuples germaniques au Moyen âge appellent ce type de rêve cauche-mar ou " entité réveillant le dormeur en l’oppressant ". L’évocation de Lempérière (1977, p. 28) est par contre inexacte, car sa remarque ne concerne que les apparitions christiques et mariales.

    Dans ce rêve, je paraît mener un véritable raisonnement, comme si j’assistais au rêve de l’extérieur. Je peux presque agir, à la manière d’un " rêve éveillé ", chose souvent constatée dans ces rêves qui laissent un souvenir particulièrement brillant (comme les " rêves de vol ").

    On peut remarquer que je ne me suis pas adressé à l’entité comme je le faisais avec ma grand-mère. J’aurais agi comme avec une " succube ", un démon féminin singeant un proche pour tromper le dormeur. Selon certains auteurs anciens, il s'agirait d'un " fantôme ", qui ne parle ni ne bouge, à l’inverse d’un revenant qui peut se manifester bruyamment.

    La discussion de la " matérialité " de l’apparition a toujours été difficile. En Occident, nous nous rangeons derrière un point de vue adopté très tôt par l’Eglise catholique : " Ce qui se manifeste, ce n’est pas l’âme, mais la figure, la forme, l’aspect du défunt ", comme le dit St Augustin, au IVème siècle de notre ère, ce qui est conforme aux conceptions psychanalytiques.


    Revenir en haut
    Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

     

    Mise-à-jour le 31/04/2005