Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les facultés paranormales > Les autres facultés paranormales > La guérison non médicale >  

  

Les guérisons par les groupes de prière
 
 

Lors d'une émission de télévision, une femme racontait qu'un jour, alors qu'elle était au stade terminal d'un cancer, elle entra, par hasard, dans une église où se tenait une réunion de prière d'un groupe charismatique. Elle observait le groupe et entendit le prêtre dire qu'il y avait parmi eux une femme en stade terminal d'un cancer, et qu'elle serait guérie. Il demanda à la personne qu'elle veuille bien lever le bras. Sans même y penser, elle leva le bras. Peu de temps après cette prière en groupe, ses examens se normalisaient complètement. A ce jour, elle n'a pas eu de rechute.

Ces groupes se multiplient actuellement. Et j'entends des gens, que je supposais loin de tout cela, me dire qu'ils en font partie. Parfois ils se réunissent autour d'une personnalité marquante, douée d'un charisme particulier. L'attitude du prêtre révèle une intuition proche de la voyance. Il a senti l'arrivée de cette femme étrangère au groupe et sa maladie. Par cette annonce très lourde, le groupe, préparé à une communion mentale positive, s'est brutalement focalisé sur cette personne. A joué une sorte de synchronie, une contagion affective, organisant fortement les émotions sur un thème spécifique : "En visualisant le malade guéri, ils émettent une force de pensée bienfaisante", dit Maguy Lebrun, animatrice de groupes de prière, et auteur d'un ouvrage [1987]. Le prêtre, par son attitude, a réalisé de plus une sorte d'"étiquetage", comme on dit actuellement : il a désigné cette femme au groupe. Qu'elle soit étrangère a facilité les choses, car aucune relation affective préalable n'interférait négativement avec le processus. La disant mourante, il a eu un effet mobilisateur immédiat, presque explosif, une sorte de "cri mental". La rémission a suivi...

Dans les groupes de prière, bien des gens témoignent : "Ce n'est pas un miracle que les gens viennent chercher, c'est de l'amour." La détresse morale est la première cible. On retrouve des éléments déjà vus : "Nous sommes les capteurs, les transmetteurs aux malades de l'énergie développée par la prière de tous." L'individu disparaît, et même l'individualité du groupe, dans une soumission à une Entité, même si elle n'est pas explicitement nommée. Le cadre religieux n'est pas précisé : il s'agit d'une "forme d'amour qui, mêlée aux formes d'amour des autres, se fond avec celles des "guides" pour devenir une somme. Au nom de Dieu ou des forces cosmiques, c'est la même chose". Ceci évoque, intimement mêlés, l'ésotérisme et de vagues intuitions chrétiennes. Les dogmes habituels cadrent mal avec ce que ressentent les participants. Une animatrice, telle Maguy Lebrun, dit ne pas se situer dans la foi catholique. Elle ajoute : "Dieu, c'est l'ensemble des vibrations humaines astrales, c'est la quintessence de l'esprit, c'est peut-être l'ensemble de toutes les forces terrestres, de la nature, des énergies. C'est la vibration parfaite." Cette accumulation de termes témoigne qu'elle cherche ses références, mais on retrouve, à peine cachée, l'idée de Mental. Le père Godel, qui connaît Maguy, le dit bien : "Sa conception de Dieu est loin de la foi chrétienne, c'est un Dieu Impersonnel, un peu à la manière hindouiste."


Revenir en haut
Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

 

Mise-à-jour le 31/04/2005