Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les explications > Explications psychologiques >  

  

Clés de la psychanalyse pour le paranormal
 
 

Freud a ainsi souligné l’indépendance de l’inconscient vis à vis du conscient. On ne s’étonnera donc pas que nombre de facultés paranormales soient attribuées à l’" extérieur ", comme les apparitions ou les poltergeists, et qu’une action psychologique puisse néanmoins les faire cesser, désignant ainsi l’origine réelle.

Freud a posé une sorte de " frontière " entre conscient et inconscient. Chez le sujet normal, les pulsions issues de l’inconscient sont suffisamment " filtrées " pour qu’elles troublent peu le conscient : le paranormal est rare, ou considéré comme de simples intuitions. Chez le névrosé obsessionnel (ou phobique), la barrière est si totale que le sujet est comme " coupé " de son inconscient : il peut alors ignorer le paranormal. Chez le sujet psychotique (le schizophrène en particulier), à l’inverse, cette frontière est fragile, le sujet est menacé, presque en permanence, par les contenus inconscients : le paranormal apparaît dans sa vie quotidienne, la " pensée magique " constitue une forme de pensée presque habituelle (avec cependant peu de méthodologie, ce qui en diminue la crédibilité). L’hystérique se situe à un niveau intermédiaire, et nombre des médiums ont été considérés comme appartenant à ce registre.

A l’inverse, la continuité entre conscient et inconscient, explique pourquoi nos intuitions confinent parfois au paranormal : la pensée à propos d’un être cher à la télépathie, l’intuition sur l’avenir à la voyance, le rêve à la vision ou au dédoublement. Nous passons du plus banal au plus extraordinaire sans véritablement savoir si nous avons quitté le " normal ". C’est d’ailleurs toute la difficulté des expérimentations scientifiques.

Comme Freud l’a montré, l’inconscient n’obéit pas aux mêmes règles que le conscient. Il ignore le temps et l’espace, les délimitations entre les personnes... ce que nous avons souvent retrouvé dans les manifestations paranormales. Les règles élucidées par la psychanalyse peuvent donc servir de base au décryptage de ces facultés. Mais Freud et les analystes n’ont pas vraiment développé cette argumentaire, pour préserver, semble-t-il, une certaine scientificité à une approche alors très controversée. Néanmoins, des travaux plus récents, comme les ouvrages d’E. Laborde-Nottale et de D. Si Ahmed, montrent que la psychanalyse peut rendre compte de l’essentiel des observations.

La crainte des psychanalystes n’est cependant pas seule à expliquer l’ignorance des facultés paranormales qui devraient émerger durant une cure. La clientèle de la psychanalyse, souvent faite de patients aux tendances phobiques ou obsessionnelles, est probablement la moins confrontée au paranormal.

En outre, Freud est parti des mêmes prémisses que les sciences " dures ", c’est à dire une vision " décentrée " du monde, sans point d’observation particulier. Nous verrons au chapitre 9 qu’une telle vue des choses gêne l’interprétation du paranormal.

Il faut enfin rappeler que Freud a une idée assez restrictive de l’inconscient : celui-ci serait, pour l’essentiel, le résultat du " refoulement ", du rejet de ce qui n’est pas acceptable par le conscient. Freud ignore donc, presque par principe, ce qui n’entre pas dans ce registre. Jung a été donc amené à ouvrir le champ de l’inconscient, il a pu alors y inclure le paranormal.

Jung, avec ses deux conceptions de l'Inconscient, ouvre un abord du paranormal. C’est l’Inconscient culturel, l'idée que notre inconscient contiendrait des mythes universels. Il nous en donne des exemples, dont le plus connu est le "Scarabée d’or". Il en fit un exemple-type de la synchronicité.

Pour expliquer la télépathie et la voyance, il utilise le concept d’Inconscient collectif, emprunté à l’Orient. 

Directement issue des théories psychanalytiques, la " contagion affective " constitue probablement une des bases les plus significatives des phénomènes paranormaux. La contagion affective ne rend pas compte de l’ensemble du paranormal, mais elle offre un premier abord de compréhension.

Ainsi les théories psychologiques, et en particulier psychanalytiques ouvrent une perspective intéressante d’interprétation des pouvoirs psychiques.

Revenir en haut
Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

 

Mise-à-jour le 31/04/2005