Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les facultés paranormales > Les perceptions extra-sensorielles (ESP) > La voyance >  

  

Exemples de "clichés" de voyance
 
 

Toutes les sensations physiques peuvent véhiculer des " divinations " : vertiges, impression de froid ou de chaud, sensibilité des organes :

  • Une voyante me racontait qu’elle sentait très précisément sur elle le mal dont souffrait sa consultante. Elle pouvait donc le décrire, et orienter l’autre sur tel ou tel spécialiste médical, et dire à l’avance quel type d’examen apporterait les éléments diagnostiques. "
  • Ailleurs, on pourrait presque parler d’une " voyance motrice ", l’inconscient s’exprimant directement au niveau de l’action :

  • Mme K., à la terrasse d'un café, se sent poussée à parler à une dame assise derrière elle. Sont alors sortis de sa bouche des mots qu'elle ne contrôlait pas, et dont elle ne garde aucun souvenir. La femme s'effondre en pleurs : " Tout ce que vous avez dit est vrai ! " "
  • Le voyant professionnel utilise souvent des cartes à jouer ou des tarots, un pendule, ou encore la boule de cristal, le marc de café. Il s’agirait de " supports ", d’une simple aide pour des intuitions qui proviendraient de son inconscient :

  • Dans un centre où je venais de donner une conférence, une médium faisait, avec le public, des voyances à partir d’objets que lui avaient confiés les auditeurs (psychométrie). J’écoutais avec un certain amusement ses annonces souvent assez justes. A un moment, elle s’écrit : " A qui est ce crayon ? " Aucune réponse. Elle se tourne vers moi : " Ce ne serait pas à vous, Docteur ? " Je regarde, c’était effectivement mon porte-mine. " Voulez-vous que je vous fasse une voyance ? " Je réplique : " Ah non, ça jamais ! " Elle rit et continue ses prédictions sur les spectateurs. Après une dizaine de minutes, elle se tourne brutalement vers moi : " Je n’en peux plus, il faut que je vous dise : vous allez faire un livre d’ici la fin de l’année ! ".
  • Le cliché s’impose au médium, dépassant sa volonté, l’obligeant parfois à agir, toutes affaires cessantes. Ailleurs, cependant, le cliché peut ne pas être identifié, même par ceux qui devraient mieux le connaître. Rosana Nichols, voyante, raconte ainsi (page 74) :

  • Un jour, une femme d'une cinquantaine d'années est venue pour connaître l'endroit où son mari rencontrait sa maîtresse. Je lui répondis que je ne voyais absolument rien. Mais un soir, sur le mur de notre salle de séjour, je vis se graver en lettres capitales : "V...G...X. " Durant les deux jours suivants, je n'ai vu que ces simples lettres. Le troisième jour, pendant que je prenais mon petit déjeuner avec mes enfants, d'un seul coup, j'entends : "Vercingétorix ". Je trouvai ce mot tellement ridicule que je n'en ai parlé à personne. Quelques jours plus tard, je rencontre à nouveau cette personne, qui me repose la même question. Je lui réponds : "Écoutez, franchement je ne vois rien, mais j'ai entendu un mot idiot qui ne correspond à rien : Vercingétorix ". Elle sursauta en disant : "Mais c'est une station de bus que je connais, je vais aller voir. " Peu après, elle retrouva son mari assis à la terrasse d'un café avec sa maîtresse, face à cette station.

  • Revenir en haut
    Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

     

    Mise-à-jour le 31/04/2005