Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les facultés paranormales > L'action de la pensée sur la matière (PK) > Les poltergeists  

  

L'armoire qui craque
(Jung, Ma vie, p.182 sq.)

 
 

Quand on parle de "poltergeist", de manifestation sauvage de la psychokinèse, on image souvent une jeune fille à l'âge de l'adolescence, au psychisme instable. Il est donc d'autant plus intéressant de présenter un cas qui met en jeu un psychiatre, psychanalyste et, de surcroît, très célèbre. Voici en effet un épisode significatif qui s'est situé dans la vie de Jung. Il date du 25 mars 1909 et prit place dans la maison de Freud. On peut le classer parmi les "poltergeists" :

" Quelques années s’écoulèrent avant que Freud reconnût le sérieux de la parapsychologie [...]. Tandis que Freud exposait ses arguments, j’éprouvai une étrange sensation : il me sembla que mon diaphragme était en fer et devenait brûlant, comme s’il formait une voûte brûlante. En même temps un craquement retentit dans l’armoire-bibliothèque qui était immédiatement à côté de nous, de telle manière que nous en fûmes tous deux effrayés. Il nous sembla que l’armoire allait s’écrouler sur nous. [...] Je dis à Freud : " Voilà ce que l’on appelle un phénomène catalytique d’extériorisation. " - " Ah ! dit-il, c’est de la pure sottise ! " - " Mais non, répliquai-je, vous vous trompez, Monsieur le Professeur. Et pour vous prouver que j’ai raison, je vous dis d’avance que le même craquement va se reproduire. " Et, de fait, à peine avais-je prononcé ces paroles que le même bruit se fit entendre dans l’armoire. J’ignore encore aujourd’hui d’où me vint cette certitude. Mais je savais parfaitement bien que le craquement se reproduirait. Alors, pour toute réponse, Freud me regarda, sidéré. Je ne sais pas ce qu’il pensait ni ce qu’il voyait. Il est certain que cette aventure éveilla sa méfiance à mon égard ; j’ai le sentiment que je lui avais fait un affront. Nous n’en avons jamais plus parlé ensemble. "


Revenir en haut
Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

 

Mise-à-jour le 31/04/2005