Ouriel

 


1. Facultés paranormales
2. Expliquer le paranormal
3. Vous êtes paranormal
4. Questions fréquentes
5. Ouvrages conseillés
6. Liste des conférences
7. Nouveautés
 
    
 
Les facultés paranormales>Les perceptions extra-sensorielles (ESP)>Les visions, les appartitions, les fantômes >  

  

Apparition religieuse
 
 

L’Eglise catholique est probablement celle qui a le plus à faire face à ces phénomènes, car la Vierge Marie constitue un des thèmes les plus fréquents (cf. Bouflet, Boutry, 1997). Voici un cas émanant d’un croyant, que j’ai personnellement rencontré :

Mr. S. me dit avoir vu la Vierge Marie de manière distincte (en plein jour, alors qu’il était dans un état de conscience normale). Elle lui a apporté un message qui, dit-il, avait une portée personnelle, puis elle a disparu. Il me relate ces faits comme s’ils étaient presque ordinaires. Cela lui semble normal étant donné sa piété. A noter qu’il n’a parlé de cela qu’à deux ou trois membres de son entourage.

Un tel récit est extrêmement fréquent, malgré l’apparence. S’attachant aux " grands cas ", l’attitude des experts est souvent passionnelle. Le catholicisme reste prudent : dans les derniers vingt-cinq ans, seules quatre apparitions ont été considérées comme authentiques par leurs évêchés respectifs. L’autorité ecclésiastique s’appuie sur la qualité du culte qui y est rendu, ainsi que le contenu du message marial. Mais l’Eglise ne donne pas des règles " a priori ". Le cas de sainte Thérèse d'Avila, par exemple, a longtemps été contesté par les autorités religieuses.

Pour interpréter les apparitions, il est essentiel de se pencher sur leur contexte. L'apparition de Lourdes, par exemple, est survenue chez une jeune fille très éprouvée (famille très pauvre, mère brûlée gravement, père rendu presque aveugle par un accident de travail, elle-même restée asthmatique d’un accès de choléra). Bernadette rentrait d’une intense préparation à sa Communion, elle était donc dans une situation prédisposant au mysticisme. Dans d’autres cas, le cheminement est plus clair encore : une des visions mariales les plus connues en France, celle de " la rue du Bac " (Paris, 1830) s’est produite chez une jeune fille très pieuse qui se coucha, ce soir là, " convaincue que son saint patron exaucerait son désir (d’apparition) " (McClure, op. cit. p. 25 sq.). De plus, elle vivait dans un ordre religieux qui espérait ardemment un tel événement. Le caractère " miraculeux " des visions doit être parfois ramené à des dimensions plus psychologiques, sans que cela doive diminuer la sainteté des lieux et des personnes.
D’une manière générale, on peut remarquer que la Vierge Marie est toujours apparue dans les pays où le catholicisme était bien implanté, mais également dans des pays en crise.

Le cas, contemporain, de Medjugorje est particulièrement significatif, dans l’ex-Yougoslavie, où des centaines de milliers de fidèles affluent sans discontinuer, depuis 1981, plusieurs jeunes visionnaires y voyant la Vierge d’une manière presque continuelle. Or, l’Église vient de prendre une position négative et sans ambiguïté. Sans mettre en cause la sincérité des jeunes voyants, ni d’ailleurs interdire la dévotion populaire, elle n’accorde pas sa caution.

Revenir en haut
Page précédente                            Plan du site                            Page suivante

 

Mise-à-jour le 31/04/2005